Le blog-atelier de l’ASJ Tours

Le blog des étudiants de l’année spéciale de journalisme de l’EPJ Tours

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Archives : juin 2013

L'exception culturelle vue par les artistes français

Vendredi 13 juin, après treize heures non stop de négociations, les ministres européens chargés du commerce extérieur ont validé le mandat à donner à la Commission européenne pour les négociations avec les Etats-Unis sur un nouvel accord de libre-échange. Pour obtenir l'unanimité, ils ont accepté, comme l'exigeait la France, d'exclure le secteur audiovisuel des discussions.

Mais lundi 17 juin, coup de théâtre. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, déclare : « Certains [de ceux qui défendent l'exception culturelle] disent être de gauche mais ils sont en fait extrêmement réactionnaires. » Des propos qui ont scandalisé la classe politique française et suscité de nombreuses réaction de la part des artistes. Parmi eux, le réalisateur Costa-Gavras qui déclare au Figaro : « Il est surprenant et même scandaleux que M. Barroso puisse donner des appréciations aussi insultantes. Il oublie qu'il ne s'agit pas de cinéastes “de gauche” mais de milliers de cinéastes européens qui se battent pour l'exception culturelle. »

Lors de la réalisation du magazine Innova, dédié aux nouveaux enjeux des politiques culturelles, les étudiants de l'Ecole publique de journalisme de Tours ont interrogé chanteurs, comédiens, cinéastes, sculpteurs, humoristes. Ceux-ci leur ont expliqué ce qu'ils pensaient de la culture, de ses enjeux, de son avenir, et de l’exception française…

Dossier réalisé par Julien Leloup,
avec Laura Buratti, Marion De Azevedo, Camille Drouet, Benjamin Lucas et Philippe Ridou.

Lire la suite

Le partage, une autre façon de consommer

Décrite par Time Magazine comme « l’une des dix idées qui vont changer le monde », la consommation collaborative entre dans les mœurs. Du bobo engagé à l’écolo ex-soixante-huitard en passant par l’internaute fauché, ils sont chaque jour plus nombreux à échanger, partager, troquer ou à donner une seconde vie aux objets du quotidien. Les motivations sont nombreuses : sauvegarde de l'environnement, déconsommation, mais aussi, tout simplement, volonté de maîtriser, au mieux, ses dépenses alors que les revenus sont à la baisse. Des entreprises y trouvent également leur compte et s'implantent peu à peu sur ce marché juteux. Trois étudiantes de l'Année spéciale ont décidé d'aller étudier ce phénomène de plus près et n'ont pas hésité à payer de leur personne…

Dossier réalisé par Raphaëlle BESANÇON, Camille DROUET et Marie-Anne LE BERRE

Lire la suite

Les entreprises à l'heure du troc 2.0

Face à l’essor de la consommation collaborative les entreprises classiques s’inquiètent. Confrontées aux succès de certaines startups qui se sont lancées sur ce secteur, elles tentent de suivre la cadence. Avec plus ou moins de conviction.

Lire la suite

L'économie au service de l'humain

Ouishare est un site internet participatif dédié à l’économie collaborative. Antonin Léonard, son cofondateur, est persuadé que « les acteurs de l'économie classique devront se mettre au collaboratif ». Et que ce dernier aura des effets vertueux. 

Lire la suite

La machine à laver de la voisine

Pour s'épargner la corvée du lavomatic, Camille Drouet a décidé d'emprunter la machine à laver d'une copine. « Il y a bien une chose que je déteste : perdre deux heures sous les néons blafards du lavomatic. Mais face au panier à linge qui déborde,

Lire la suite

La marmite commune

Entre le riz-purée-carottes congelées du self et la cuisine étudiante, super-marmite.com a ouvert à Raphaëlle Besançon les portes d’un univers oublié par la plupart des étudiants : celui des plats faits maison. « Sur le site, une farandole de repas :

Lire la suite

Vannes-Toulouse en covoiturage

La Bretonne Marie-Anne Le Berre devait se rendre à Toulouse quelques jours pendant les vacances d'été. Face au prix prohibitif du billet de train Vannes-Toulouse, elle a opté pour le covoiturage. « Durant l'été 2010, je devais me rendre dans la ville

Lire la suite