Photo 10.jpg

Mais comment fait-on pour aller sur l’île Simon ? Pas facile de le deviner quand on n’est pas de la région. Vu des bords de la Loire, le morceau de terre semble inaccessible. En fait, il suffit de prendre le pont Napoléon (en direction de Saint-Cyr-sur-Loire) pour découvrir l’entrée. Avant d’entamer la promenade, attention à votre montre, car les heures d’ouverture varient selon les saisons.

À peine arrivé, une originalité vous accueille sur la droite, en contrebas : un skatepark.

 

 

Ce genre d’installation, destinée aux jeunes passionnés de sports de glisse urbains, commence à proliférer en France. Cependant, trouver un tel lieu sur une île est plutôt rare. Très typé street, le spot (l’endroit, dans le jargon skate) reconstitue l’essentiel des obstacles utilisables dans la rue : plans inclinés, marches, trottoir, bancs, rails. Comme tout skatepark qui se respecte, des graffitis ont été réalisés pour décorer les modules en béton. L’ensemble des illustrations reste timide comparé à ce qui se fait à Marseille, par exemple. Pas grave, l’ambiance y est quand même et les sportifs de l’extrême se font plaisir.

 

Après quelques pas sur la voie centrale, on rejoint rapidement le lieu préféré des mamans : l’aire de jeux.

 

 

Réservée aux enfants de 3 à 6 ans, la zone est délimitée par une barrière en bois. Deux types de jeux sont proposés : à gauche, un ensemble de murs d’escalade, d’échelles, de toboggan ; à droite, deux bascules sur ressort. Le tout a été peint dans des couleurs clinquantes. Pour amortir les chutes et rassurer les mères inquiètes, du gravillon a été répandu par terre. Très efficace en effet, quand on tombe de ces « engins » qui ne sont plus de notre âge…

 

Retour sur l’allée principale. La visite est presque terminée. La pointe de l’île donne une belle vue sur le pont Wilson, comme le montre ce sphérique réalisé par Elmer (en cliquant droit avec la souris, il est possible de se déplacer à l’intérieur du sphérique). Près des berges, une œuvre d’art contemporaine est installée depuis septembre 2001. Il s’agit du PATA de l’artiste suédoise Maj-siri Österling.

 

 

En bois peint, la création est inspirée d’une méthode très ancienne de pêche au saumon, en Suède. Le « PATA » est en fait un barrage, aujourd’hui interdit, pour bloquer les poissons. Österling précise que « les couleurs fortes […] viennent de […] sources d’inspiration différentes : les veines de sang, le fort courant des fleuves, les peuples qui habitent le long des fleuves et la dure vie du saumon. » Autant dire qu’avec l’aire de jeux, la structure égaye parfaitement ce coin de verdure au milieu des eaux.

 

Voilà, le tour de l’île Simon est fini. Il est temps de partir. Si besoin est, un bateau-bus est proposé (le vendredi, samedi et dimanche) pour traverser la Loire, à partir de 14 heures (tarif : 1 €). Et pour l’idée que cet espace est « comme autant de respiration[s] nécessaire[s] à l’équilibre du paysage urbain et à l’harmonie de la vie tourangelle », eh bien… à vous de voir !

Texte et photographies de Julien LE BLEVEC