le_fait_maison.jpg

Les odeurs de pain chaud ont envahi l’appartement. Et lorsque le four sonne, Erwan, célibataire de 27 ans, enfile ses gants et attrape la grille brûlante. Sa baguette de pain, il devra encore attendre avant de la déguster. Cela fait deux ans que l’informaticien a pris goût au fait maison. « L’avantage avec ce type de cuisine, c’est qu’on sait ce qu’on mange. Je sais que je n’avale pas de cochonneries. Je fais des yaourts, des soupes mais aussi des plats de résistance. Je n’achète rien tout préparé ». Comme lui, les Français n’hésitent pas à mettre la main à la pâte. Une étude TNS Sofres* du 10 juin 2010 révèle qu’environ 97 % d’entre eux préparent leurs repas ou ont dans leur famille quelqu’un qui cuisine maison. Et 84 % d’entre eux font au moins un type de préparation culinaire eux-même.

Pour les célibataires comme pour les familles nombreuses, il s’agit souvent d’abord d’un choix économique. C’est ce que souligne le sondage TNS Sofres, qui place les raisons budgétaires (45 %) parmi les quatre principales raisons qui poussent à cuisiner soi-même. Les trois autres étant : le plaisir et la convivialité ; la maîtrise de l’alimentation et l’impact sur la santé ; la tradition et la culture française. « Cela me revient moins cher de me préparer mes repas ou de fabriquer mon pain, surtout parce que je peux en manger plusieurs fois alors que les plats tout faits ne font généralement qu’un repas. Et puis, c’est bien meilleur », avoue Erwan. Sentiment partagé par 73 % des personnes sondées, la cuisine maison c’est surtout une source de plaisir, de partage et de convivialité. « Je cuisine pour moi, mais aussi pour mes amis, ma famille, confie Erwan. Je reçois tous les quinze jours ou presque. Cuisiner est un vrai plaisir et j’aime partager ce que je fais. »

Gourmandise et partage, c’est ce qui a inspiré l’idée du « food-surfing ». Le site internet livemyfood met en relation des marmitons de tous les pays et des curieux désirant goûter à des spécialités locales. L’idée est simple et fait un véritable tabac. Surtout auprès des Français. Ils sont ainsi près de 250 inscrits sur le site, sur un total de 900 membres. Au départ, l’idée était de mettre en contact des voyageurs et des hôtes de pays étrangers. Mais les Français s’invitent volontiers à dîner chez leurs compatriotes. Rien de tel en effet pour découvrir les spécialités culinaires régionales in situ : déguster une fondue jurassienne au pied des montagnes ou une anchoïade sur la Côte d’Azur. Pour les étrangers de passage en France, blanquette de veau, bœuf bourguignon ou encore mille feuilles à la vanille sont de mise.

En cuisinant maison, pour eux et surtout pour les autres, les Français participent donc à la sauvegarde du repas gastronomique français. Par plaisir ou par fierté, le plus important reste de partager.

E. R.

(*) Réalisé sur 1350 personnes (950 par téléphone, 400 sur internet).

Légende : Pain maison. Les Français sont de plus en plus nombreux à mettre la main à la pâte. (Photo : Julien Bernier)