« La presse écrite est blanche ». Nordine Nabili, le directeur de l’ESJ-Bondy Blog l’affirme. La presse écrite accuse un retard monumental en terme de représentation de la diversité par rapport à la télévision. Dans Médias et diversité de la visibilité aux contenus, Claire Frachon faisait le constat suivant : “Si en France la presse écrite a amplement participé et contribué a développer le débat public sur la représentation des immigrés et des minorités au sein des médias, ses pratiques ont été peu étudiées. » Car, contrairement à l’audiovisuel, elle n’a aucune instance de régulation, comme le CSA qui a su imposer une prise de conscience. 

P_Medias_et_diversite_5.jpgLa presse nationale se trouve ainsi dans la position du donneur de leçon pris les doigts dans le pot de confiture. Car, aujourd’hui, la majorité des journalistes issus de la diversité se retrouve cantonnés dans une presse spécialisée, ou de communauté, comme Respect Mag ou Salam News

Laurent Joffrin, le récent rédacteur en chef du Nouvel observateur, amorce une explication: « En raison du mode de fonctionnement de la société et des mécanismes de recrutement dans la presse, les classes moyennes et supérieures y sont sur-représentées, les milieux populaires sous-représentés. Et par conséquent, la diversité aussi. »

Dominique Gerbaud, ancien rédacteur en chef de la Croix, raconte que son journal a essayé de recruter des jeunes issus de la diversité durant les stages d’été. « Le problème, c’était qu’on n’en trouvait pas. Dans les écoles de journalisme, ils n’en formaient pas. » C’est pour briser cette inégalité qu’il a fondé une classe préparatoire pour aider des lycéens, recrutés sur des critères sociaux, à passer les concours aux grandes écoles de journalisme. Mais il faudra aussi casser ce « milieu de réseaux, de copinages, de cooptations », comme le dénonce Fadila Mehal, la présidente des Mariannes de la diversité. 

Les grands groupes de presse l’ont compris. Le 1er mars 2010, sept d’entre eux (dont Le Monde, L’Humanité, le groupe Amaury, Prisma Presse, l’AFP, etc.) ont signé la charte de la diversité. Ils se sont engagés à prendre en compte la diversité dans leurs critères de recrutement. Tiendront-ils leurs engagements ?