Rares sont les féminins qui n’ont pas de rubrique mode. Depuis leur création, ces magazines ont toujours fait la part belle aux tendances et aux publicités des maisons de luxe françaises : Chanel, Yves Saint Laurent, Dior, Louis Vuitton...

eminin5.pngIls mettent en avant et incarnent le style à la française, le « chic parisien » comme l’appelle les Anglo-saxons, à l’image des marques de luxe. Comme ces dernières, Marie Claire, Elle et Madame Figaro sont présents sur les cinq continents. Pour Vincent Soulier, ils sont un véritable « fer de lance de l’influence commerciale du luxe et de la cosmétique made in France ».

Car lorsqu’elle s’implante à l’étranger, la presse féminine se fait ambassadrice des marques françaises.
En 2008, par exemple, Elle bénéficiait de 54 478 pages de publicité dans ses 38 éditions internationales et Cosmopolitan de 38 532 pages. « C’est dire que l’enjeu financier et commercial de la presse féminine dans le monde du luxe et de la mode est capital pour les annonceurs », déclare Vincent Soulier. Un enjeu capital également pour les magazines, dont la publicité représente près de 50 % du chiffre d’affaires. 

Féminins et maisons de luxe travaillent pour ainsi dire « main dans la main. » Un véritable marché financier, prospère et peu enclin à disparaître. Les magazines aiment la mode qui le leur rend bien.