cafe.jpg« Certains de mes cafés sont à 8 euros. Mais vu leur qualité, personne ne m’a dit que c’était cher », commente Hippolyte Courty. Grand amateur de gastronomie, ce spécialiste de l’histoire médiévale fonde, en 2009, L’Arbre à café, une torréfaction parisienne qui propose des produits d’exception, issus de terroirs spécifiques. 

Si sa principale clientèle est constituée de grands  restaurants, Hippolyte Courty s’adresse également aux particuliers. Ses prix varient selon la rareté et la qualité du café. Ainsi, la gamme Nature est vendue 36 euros le kilo, les grands crus, 40 euros. Quant aux produits Exception – comme le jacu bird dont les cerises sont prédigérées par les oiseaux – ils s’échelonnent entre 200 et 300 euros le kilo. Une fortune mais qui, paraît-il, vaut la tasse.

Pour Hippolyte Courty cette qualité est « slow ». Et puis il connaît les producteurs avec qui il travaille. « Environ 90 % de notre commerce se négocie sans intermédiaire », ­affirme-t-il. La suppression des étapes, prônée par le slow food, ne réduit donc pas forcément les prix.

Thibaut COJEAN
Photo : Gwendal LE MENAHEZE