Les petits débrouillards est une association française créée en 1984 et animée par des bénévoles et quelques salariés. Le but : créer un réseau de culture scientifique et technique. Elle établit dans la France entière des partenariats avec les écoles et les centres aérés pour proposer des activités scientifiques aux enfants. Apprendre en s’amusant, c’est possible.

Le 17 mai dernier se tenait le festival UniverCités organisé par l’association Les petits débrouillards de la région Centre. Point d’orgue d’une année de projets scientifiques en partenariat avec des chercheurs, menés auprès des enfants de l’agglomération tourangelle. Deux cents cinquante enfants venus de nombreuses écoles de Tours et sa proche banlieue ont investi la faculté des sciences de Grandmont. Ils ont pu rencontrer des chercheurs venus spécialement leur raconter leur métier.




Les petits débrouillards par asjtours

Toute l’année, les petits débrouillards créent des projets autour de la science. Certains ont même créé entièrement une émission de vulgarisation scientifique, autour du thème de l’eau. Comme les professionnels, ils se sont confrontés aux difficultés de comprendre le langage des chercheurs et de le simplifier pour l’expliquer à leurs camarades. Leur parrain, un chercheur en biologie marine, s’est rendu plusieurs fois dans leur école pour les aider à monter leur projet. Une bonne façon de susciter des vocations.

- Alors les enfants, quelle est la différence entre les insectes et nous ?
- Ils sont invertébrés ! 

Le chercheur est surpris de la quantité de connaissances accumulées par ces petits curieux de 8 ans à peine. Faustine Louis, directrice-adjointe de l’association et future docteure en biologie, confie même : « Certains enfants en savent bien plus que moi sur les insectes. » Intéresser très tôt les enfants à la science pour en faire des adultes qui ne zappent pas les émissions de vulgarisation, c’est aussi tout l’enjeu de ces manifestations. Pour Jean Fabbri, directeur de l’UFR sciences et techniques de l’université François-Rabelais de Tours : « L’Objectif est d’ouvrir le site à tous les publics, notamment aux enfants, qui sont les plus ouverts à la découverte. »

Reportage Laura BURATTI