manegeportraitweb.jpgLionel Jaret est marionnettiste mais le métier, pour poétique qu'il soit, ne nourrit pas son homme. Afin de remplir le frigo, il travaille comme manutentionnaire. Victime d’un grave accident de circulation, il a le dos cassé et perd son travail. Pôle emploi lui conseille de créer sa propre entreprise. Il avait en tête un projet un peu fou : construire un manège à vélos pour enfants, Eco-système. Entièrement mécanique, il sera animé par les adultes qui pédaleront.

Métalier de formation, Lionel conçoit les plans avec des étudiants en génie mécanique et met à contribution trois lycées professionnels pour réaliser le manège. Se pose alors la question des fonds. Ses économies, le prêt d’une banque solidaire et les subventions n’y suffisent pas. Il découvre le crowdfunding en regardant l’émission « Envoyé spécial » sur France 2. Il pense avoir trouvé la solution. Il contacte la plateforme KissKissBankBank qui met en ligne son appel à financement de 8 000 euros en janvier 2013. C’est un échec, il ne rassemble que 1 600 euros soit 21 % seulement du montant demandé car « la période ne s’y prêtait pas ». Ce novice de la communication découvre que l’été, les internautes préfèrent la lumière du soleil à celle de leurs écrans. Il accuse le coup mais persévère.

Il revoit la présentation du projet et multiplie les actions de communication dans la presse. Lionel Jaret a tiré la leçon de son premier échec « Pour réunir des fonds, il faut se bouger, communiquer, créer une chaîne de solidarité. » Début 2014, il relance une campagne : c'est un succès. Sa commune décide de le soutenir. En trois mois, il réunit 8 047 euros, soit 155 % de la somme nécessaire. Pas de doute, un projet de crowdfunding ne s’improvise pas.

 

manegecaptureweb.png

Capture d'écran de la campagne de Lionel Jaret
sur la plateforme KissKissBankBank.

 

Jean-Pierre GREVEZ

Retour au papier principal