combs-la-ville-30858-7_w1000.jpg

C'est une exception dans le paysage français. Face à la pénurie d’animateurs, le maire de Combs-la-Ville (Seine-et-Marne) Guy Geoffroy a décidé d’annuler les TAP en accord avec l'inspecteur de l’Éducation nationale. Alors même que le maire en était un fervent défenseur. « J’ai refusé de tomber dans la facilité, se défend-il. Un animateur pour quarante enfants, comme on voit souvent dans d’autres écoles, c’était inconcevable pour moi. » Il a opté pour une organisation atypique : les activités du centre de loisirs de la commune remplacent les TAP. Les enfants sont donc pris en charge par le centre aux frais de la ville. Pour ceux qui n’y sont pas inscrits, deux autres solutions gratuites pour les parents : l’étude surveillée ou la garderie. Un cas de figure qui montre que les obstacles inhérents aux TAP peuvent être dépassés.

Florian CADU, Nadi DRIAMINA et Célia MASCRE